Élection présidentielle en Iran : quel avenir pour les relations internationales?

Mercredi 9 juin 2021, 12h30


En ligne

Pour vous inscrire, cliquez ici

L’élection du prochain président iranien, le 18 juin prochain, augure un changement de ton dans les relations régionales et internationales de la puissance perse. Car après deux mandats, le président Hassan Rouhani (2013-2021) devra céder sa place. 
 
Sept candidats ont été autorisés à prendre part à l’élection, dont cinq ultraconservateurs. Ebrahim Raïssi, favori ultraconservateur de cette élection et instigateur des purges lors de la guerre contre l’Irak dans les années 1980, fait face au gouverneur de la Banque centrale, Amirhossein Ghazizadeh-Hachémi, au réformateur Abdolnasser Hemmati, à l’ancien secrétaire général du Conseil suprême de la sécurité nationale Saïd Jalili, à l’ancien vice-président Mohsen Mehralizadeh, au général Mohsen Rezaï et au député ultraconservateur Alireza Zakani. 
 
Quelles conséquences peut avoir cette élection sur l’avenir des relations régionales et internationales? Les relations, déjà tendues et conflictuelles, entre l’Iran et les États-Unis, pourraient-elles se dégrader? Quels sont les enjeux géopolitiques et stratégiques à surveiller le 18 juin prochain?
 
Cette table ronde, organisée par l’Observatoire sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, permettra de faire le point sur les changements attendus au niveau des relations internationales. 
 
Avec:
 
Pierre Pahlavi, professeur titulaire, Collège des Forces canadiennes, Toronto
Sami Aoun, directeur, Observatoire sur le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord ; professeur, École de politique appliquée, Université de Sherbrooke
Julien Tourreille, chercheur en résidence à l’Observatoire sur les États-Unis