Faut-il bloquer le détroit d’Ormuz? 2019, une nouvelle crise dans le golfe Persique

Mercredi 11 septembre, 12h30


Université du Québec à Montréal, Pavillon A (Hubert-Aquin), Salle A-4180

Tous les marins le savent : le franchissement du détroit d'Ormuz est délicat. Entre autres, à cause des poussées de fièvre géopolitique qui menacent de fermeture l'un des passages les plus stratégiques de la planète, qui est aussi une ligne de faille entre puissances régionales concurrentes.

Depuis 2018, la décision du président Trump de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien et d’imposer un embargo total sur les exportations d'hydrocarbures de Téhéran, fait que l'hypothèse d'une guerre entre les États-Unis et l'Iran est (re)devenue envisageable. Et durant l'été 2019, les incidents navals se sont multipliés entre le golfe Persique et le golfe d’Oman.

Dès lors, faut-il / qui veut / peut-on / fermer le détroit d’Ormuz ?  

La Chaire Raoul-Dandurand a le plaisir de recevoir le professeur Jean-Paul Burdy, mercredi 11 septembre, pour analyser cette question cruciale. Cette midi-conférence sera animée par Élisabeth Vallet.

Jean-Paul Burdy, ancien élève de l’École normale supérieure (Cachan), professeur agrégé et docteur en histoire, est enseignant-chercheur associé au master “Méditerranée-Moyen-Orient” à l’Institut d’Études politiques de Grenoble. Il est spécialiste de la Turquie, de l'Iran et du golfe Persique. Il anime le blog “Questions d'Orient-Questions d'Occident” sur lequel ses publications sont recensées.

Derniers articles parus:

  • BURDY Jean-Paul, « Socotra, Golfe d’Aden, corne de l’Afrique, mer Rouge: un « collier de perles » de l’impérialisme régional des Emirats Arabes Unis depuis 2015? », Paris, Ed.Areion, Moyen-Orient no 42, avril-juin 2019, 100p., p.80-85.
  • BURDY Jean-Paul, « Du golfe Persique à la mer Rouge et à la Corne de l’Afrique: les convergences entre la Turquie et le Qatar», in: Jean MARCOU (dir.), La Turquie et ses nouveaux « alliés », Paris, Orients Stratégiques no 9, année 2019, 199p., p.93-104

L'entrée à la conférence est libre.