Au nom de la sécurité nationale

couverture_livre

Par Élisabeth Vallet
Le Devoir

Mais au nom de la sécurité nationale, il sera de plus en plus aisé de museler « l’incivilité » d’un propriétaire de restaurant ou de quelqu’un qui donne des coups de bâton symboliques aux piñatas à l’effigie du président. Le risque est réel. Et le vote de novembre, déterminant. Rappelez-moi, comment commence La servante écarlate, déjà ?

30 juin 2018
En savoir plus