Burkina Faso: un terreau pour la propagation du conflit malien?

Par Nicolas Hubert
Centre FrancoPaix en résolution des conflits et missions de paix | Rapport du projet Stabiliser le Mali

Ce rapport établit d’une part une comparaison et une interconnexion entre l’évolution du conflit au Mali à la suite des Accords de paix de Bamako, signés en 2015, et la propagation des dynamiques conflictuelles au Burkina Faso. Il présente d’autre part les enjeux sociaux, économiques et politiques propres au Burkina Faso et contribuant au délitement de la situation sécuritaire de ce pays. Ce rapport présente l’accumulation de griefs et de frustrations, subits et exprimés par les populations agro-pastorales des régions burkinabè du Sahel et de l’Est, comme le principal moteur de la rupture avec les représentations de l’autorité étatique. Cette rupture constitue le point d’ancrage au Burkina Faso pour les groupes armés transnationaux et les protagonistes du conflit malien. L’instrumentalisation des conflits locaux préexistant, qu’ils soient issus de la restriction sur l’accès aux ressources naturelles ou des luttes locales sur la distribution du pouvoir, permet alors aux groupes armés l’implantation de petites katibas, des cellules de combattants, et d’étendre le conflit armé au territoire burkinabè. Le climat d’insécurité croissant conjugué au retrait de l’autorité étatique dans les régions burkinabè du Sahel et de l’Est a créé en retour un vide régalien comblé par les réseaux criminels transnationaux et le banditisme sur lesquels s’appuient les groupes armés pour étendre leur influence et leur contrôle territorial. Ce rapport présentera ces enjeux en revenant dans un premier temps sur la propagation des violences au Burkina Faso, puis sur la rupture marquée entre les régions victimes de l’insécurité et le centre de l’État, avant d’ouvrir une réflexion sur la stigmatisation ethnique et le risque d’une généralisation des violences communautaires.

ISBN : 978-2-922844-94-8
Juillet 2019
En savoir plus