Dr. Strangelove pourrait-il échapper au contrôle de Washington au Moyen-Orient?

couverture_livre

Par Alexandre Alaoui
Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques | UQAM

Le 24 novembre dernier, le groupe P5+1 concluait un accord préliminaire avec l’Iran visant à ralentir son programme d’enrichissement d’uranium, offrant ainsi à chaque partie l’occasion de préparer le prochain cycle de négociations. L’administration Obama, qui semble vouloir normaliser ses relations avec l’Iran, pourrait toutefois se retrouver enlisée dans un nouvel imbroglio diplomatique au Moyen-Orient. Une intense lutte d’influence oppose en effet l’Arabie saoudite à l’Iran dans la région. De plus, des signaux contradictoires furent émis de la part de Riyad depuis l’entente de Genève. Le 25 novembre, il était rapporté que le gouvernement considérait l’entente comme un premier pas vers un règlement à long terme avec l’Iran alors que le lendemain, le régime affirmait que l’entente ne garantissait pas sa sécurité et songeait à se procurer la bombe.

Décembre 2013
En savoir plus