La démission de Petraeus, une mauvaise nouvelle pour la politique étrangère du président Obama

couverture_livre

Par Julien Tourreille
Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques | UQAM

La démission surprise du directeur de la CIA, David Petraeus, vendredi dernier a tous les ingrédients d’une histoire croustillante. Elle met en scène les frasques extraconjugales d’une figure publique de premier plan, qui plus est au cœur de l’appareil américain de renseignement et de sécurité nationale, le tout dans un contexte d’après élection présidentielle et de début d’auditions au Congrès sur une affaire nébuleuse : l’assassinat de l’ambassadeur américain en Libye le 11 septembre dernier à Benghazi. Au-delà de l’affaire de mœurs, cette histoire pourrait être une bien mauvaise nouvelle pour l’élaboration et pour les ambitions de la politique étrangère du président Obama.

Novembre 2012
En savoir plus