L’aide internationale américaine envers les pays du printemps arabe : quel bilan peut-on en tirer jusqu’ici ?

couverture_livre

Par Alexandre Alaoui
Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques | UQAM

Il y a deux ans, une grande partie du monde arabo-musulman s’enflammait avec une multitude de
révoltes populaires que l’on nomma rapidement le « printemps arabe ». Dans la foulée de ces
révoltes, le président Obama prononçait un discours sur le parquet du département d’État le 19
mai 2011 afin de rendre hommage aux mouvements sociaux qui en étaient l’origine. Ce discours
avait été émis dans un contexte politique international où l’OTAN effectuait des frappes en
Libye, le Yémen, la Jordanie, la Syrie et le Bahreïn étaient en proie à des révoltes et que ben
Laden était mort depuis moins de trois semaines. Celui-ci se voulait en continuité avec le fameux
discours du Caire du 4 juin 2009 dans lequel le nouveau président tendait la main au monde
musulman en annonçant un changement d’attitude de la part du gouvernement américain à
l’égard du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, lui valant le prix Nobel de la paix la même
année.

Mars 2013
En savoir plus