Le 11 septembre et la lutte antiterroriste en Afrique, de W. Bush à Obama

couverture_livre

Par Carmen Mboumba
Chaire Raoul-Dandurand

En 1998, les ambassades américaines à Nairobi au Kenya et à Dar es Salam en Tanzanie sont la cible de terroristes. Ces attaques ne préoccupent point l’administration américaine qui est loin de considérer l’Afrique comme une région sensible à la menace terroriste. Cependant, à la suite des attentats du 11 septembre, Washington réalise soudain que l’Afrique est aussi concernée par le phénomène terroriste, car le terrorisme peut se nourrir de conflits et l’Afrique n’en est pas épargnée. Quel est le lien entre les attaques du 11 septembre aux États-Unis, la sécurité nationale américaine et les réseaux terroristes en Afrique, sachant que deux de leurs représentations diplomatiques en Afrique ont été attaquées environ trois ans plus tôt ? Les experts américains reconnaissent ainsi la Corne de l’Afrique, pour sa proximité du Yémen, et le Sahel comme deux des régions sensibles du continent, car, selon ces mêmes experts, le désert du Sahel pourrait abriter des bases d’entraînement de groupes terroristes semblables aux camps paramilitaires d’Afghanistan. L’Afrique est-elle réellement en passe de devenir le terreau des mouvements terroristes ? Qu’en est-il de l’Administration Obama ? La lutte antiterroriste est également une des priorités du président Obama à laquelle s’ajoute la lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes.

2010
En savoir plus