Le zoo de Donald

couverture_livre

Par Élisabeth Vallet
Le Devoir

Est-ce en raison de la proximité des élections de mi-mandat de novembre prochain, de la déconfiture nord-coréenne (car au fond, au jeu de la poule mouillée, c’est le leader de Pyongyang qui, pour l’instant, mène le bal) ou parce que Mueller se rapproche de la Maison-Blanche en décrivant des cercles au-dessus de sa proie ? Toujours est-il que le président Donald Trump a repris (l’avait-il vraiment abandonnée) la route des rassemblements politiques et la tonalité acide et vindicative de la campagne électorale.

2 juin 2018
En savoir plus