Les limites de la politique chinoise d’Obama : le smart power à l’épreuve

couverture_livre

Par Barthélémy Courmont
Politique américaine, n°18, 2012.

La formulation d’une nouvelle politique américaine à l’égard de la Chine depuis l’arrivée au pouvoir de Barack Obama s’est articulée autour d’un compromis entre des éléments du hard power (militaire, économie) et du soft power (influence, dialogue, persuasion). Cette posture a été définie par plusieurs experts et des personnalités politiques, dont la Secrétaire d’État Hillary Clinton, comme une « diplomatie intelligente », également qualifiée de smart policy ou smart power. Cependant, face à la montée en puissance de la Chine et ses développements, tant dans le domaine économique que politique, quelle est la réelle marge de manoeuvre de Washington dans sa relation avec Pékin, et quelles sont les implications de la smart policy ? Si la politique chinoise est une priorité pour l’administration Obama, les défis auxquels Washington fait face sont particulièrement nombreux, compte-tenu des conséquences d’un échec dans la redéfinition de la relation Chine – États-Unis.

2012
En savoir plus