Nucléaire iranien – Le Sénat américain demeure sceptique malgré des négociations fructueuses

couverture_livre

Par Charles-Antoine Millette
Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques | UQAM

Le nouveau président iranien Hassan Rohani semble encourager le changement de ton tant attendu de la part de Washington quant au développement de son programme nucléaire. Depuis son entrée en fonction en août dernier, ce président modéré semble vouloir rompre avec la tradition en favorisant le dialogue avec les États-Unis et ses partenaires internationaux, ce qui n’a pas été possible sous la présidence de Mahmoud Amhedinajad malgré les efforts répétés du président américain Barack Obama. Bien que le président Rohani n’a pas fait de concessions lors de son discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre dernier, il a toutefois affirmé qu’il désirait entamer de nouvelles négociations avec les États-Unis et ses partenaires internationaux dans un proche avenir. Lors de la même occasion, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a rencontré le Secrétaire d’État américain John Kerry, une première depuis la rupture des liens diplomatiques entre les États-Unis et l’Iran en 1979. Et quelques jours après avoir décliné l’offre de rencontrer le président Obama aux Nations unies, le président Rohani a tout de même accepté d’avoir une conversation téléphonique d’une quinzaine de minutes avec le président Obama, ce qui représente également une première depuis 1979.

Novembre 2013
En savoir plus