Peut-on à la fois critiquer Trump et la Chine ?

Par Rafael Jacob
L'Actualité

Si la crise du coronavirus chamboule bien des choses, l’une d’elles semble malheureusement intacte : l’ère de tribalisme bête que vivent les États-Unis. À peu d’égards est-ce plus visible que lorsqu’il est question du rôle de la Chine dans la crise.

D’un côté, le président Trump semble déterminé à faire de la Chine un bouc émissaire. C’est trop tentant pour lui : en passant ainsi à l’offensive, il se donne une cible sur laquelle tirer, au lieu d’avoir à répondre à nombre de critiques graves et légitimes quant à sa gestion du dossier. Parmi les cibles : ses déclarations désinvoltes pendant des semaines au sujet de la menace du virus, maintenant bien répertoriées ; les déboires du gouvernement fédéral américain, là aussi pendant des semaines, concernant le dépistage ; le manque de cohésion et de clarté de la part de son administration.

5 avril 2020
En savoir plus