Présidentielle de 2016: quand la black music s’invite dans la campagne

couverture_livre

Par Alexis Rapin
Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques | UQAM

Cérémonie des Grammys : sous les yeux de 25 millions de spectateurs, le rappeur californien Kendrick Lamar et son groupe entrent sur scène en tenue pénitentiaire, menottés et enchainés en file indienne, et entonnent le morceau coup de poing « The Blacker The Berry ». Il la quitte quelques minutes plus tard avec à l’écran une immense image du continent africain estampillé d’un « Compton », quartier de Los Angeles d’où l’artiste est originaire. Quelques jours auparavant, devant les 112 millions de spectateurs de la mi-temps du Super Bowl2, Beyoncé interprète son nouveau titre controversé, « Formation », accompagnée d’une escouade de danseuses arborant les bérets noirs de l’uniforme des Black Panthers. En cette année électorale, il semble que les artistes Afro-Américains aient décidé de frapper les consciences, et pas à demi-voix.

Février 2016
En savoir plus