Prolifération nucléaire par et au profit d’acteurs non-étatiques. Prévenir la menace

Par Irving Lewis
Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques | UQAM

Après avoir été maintenu en résidence surveillée pendant cinq ans, suite à son implication dans le plus important commerce de matières et de technologies nucléaires de l'histoire, Abdul Qadeer Khan (« A. Q. Khan ») est, depuis février 2009, libre de ses mouvements comme l'a décidé la justice pakistanaise. Cependant, pour beaucoup, il représente encore un risque grave de prolifération nucléaire. Il faut dire que le réseau mis en place par cet homme au parcours extraordinaire pour venir en aide à certains pays désireux de se lancer dans des aventures nucléaires militaires (et qui a d'ailleurs permis, à ses débuts, à son propre pays, le Pakistan, de se doter de la bombe) était pour le moins assez sophistiqué. Après le démantèlement de ce réseau, il est clair que personne ne veut voir le scénario se reproduire. Cette recherche explore quelques pistes pour y parvenir, en présentant d'abord les activités nucléaires du scientifique pakistanais.

ISBN : 978-2-922844-63-3
Mai 2010
En savoir plus