Coronavirus, attaques de requins… et Donald Trump

Par Rafael Jacob
L'Actualité

Et si les électeurs américains étaient tentés de « punir » le président sortant pour un problème qui n’est pourtant pas vraiment de son ressort. 

Il y a quelques années, un tandem de politologues américains a avancé une thèse aussi loufoque qu’intrigante : les attaques de requins auraient une incidence sur les élections présidentielles.

Le raisonnement va ainsi : en 1916, la côte du New Jersey a été l’objet d’une série mortelle d’attaques de requins. Le comté d’Ocean, situé à une quarantaine de kilomètres d’Atlantic City, a été particulièrement touché. En comparant les votes cette année-là des communautés du comté se situant sur la côte à ceux de communautés se situant dans les terres, Chris Achen et Larry Bartels ont découvert que les électeurs avaient semblé punir le président sortant, Woodrow Wilson, qui briguait alors un second mandat (Wilson était de surcroît l’ex-gouverneur de l’État).

2 mars 2020
En savoir plus