La collusion, cet arbre mort qui cache la forêt de l’ingérence

Par Alexis Rapin
Le Devoir

Peu probantes, les conclusions de l’enquête Mueller viennent éclipser les actions de désinformation et de piratage réellement entreprises par la Russie durant l’élection américaine de 2016.

« On vous l’avait bien dit », clament désormais en choeur les sceptiques de la première heure. Après deux ans d’investigation, l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur la campagne présidentielle américaine de 2016 a livré ses conclusions : aucune preuve de collusion entre l’équipe Trump et le gouvernement russe n’a été trouvée. S’il s’agit là d’une importante victoire symbolique pour le président américain, tout indique qu’une confusion sur l’enjeu de l’ingérence russe s’instaure désormais dans le débat public, aux États-Unis et ailleurs.

6 avril 2019
En savoir plus