La surprise d’octobre

Par Élisabeth Vallet
Le Devoir

Dans la saison électorale présidentielle, la « surprise d’octobre » fait paradoxalement partie des événements attendus. De l’annonce par Kissinger d’une paix à portée de main au Vietnam en octobre 1972, à la diffusion de la « Hollywood Tape » du candidat républicain et des courriels de la candidate démocrate en octobre 2016, en passant par les rebondissements de l’affaire de la libération des otages à Téhéran en octobre 1980 ou encore la divulgation de la vidéo de Romney raillant les 47 % d’Américains non imposables en 2012, ces événements parfois spontanés, parfois créés de toutes pièces, ou simplement diffusés à une date optimale, ont pu avoir un impact déterminant sur le comportement de l’électorat.

Il était donc logique que l’annonce par le président, dans son discours à la convention républicaine, de la production d’un vaccin « d’ici la fin de l’année, voire plus tôt », conjuguée à une directive du Center for Disease and Control Prevention (CDC), laisse entrevoir un scénario du type « surprise d’octobre ». Sauf que la surprise n’en est pas vraiment une.

5 septembre 2020
En savoir plus