Le nucléaire civil dans les stratégies de sécurité énergétique au Maghreb et au Proche-Orient

Par Brahim Saidy
Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques | UQAM

Le Proche-Orient, notamment le Golfe Persique, est une énorme plate forme à hydrocarbures. Il détient 36 % de la production pétrolière mondiale, 47 % de la commercialisation sur le marché international et 63 % des réserves mondiales auxquelles s’ajoutent 14 % des réserves gazières. Au Maghreb, l’Algérie est le 4e exportateur mondial de gaz naturel et le 9e exportateur de pétrole. Elle occupe le 5e et le 13e rang mondial pour les réserves gazières et celles de pétrole, respectivement. La Libye, quant à elle, est un important producteur de pétrole, avec 1,7 million de barils produits par jour, et possède des réserves de gaz naturel estimées à 1314 milliards de pieds cubes et des réserves pétrolières estimées à 36 milliards de barils. Ces chiffres illustrent bien le fait que cette région assure la sécurité énergétique internationale, en maintenant une capacité considérable d’excès de production qui peut être rendue rapidement disponible grâce à une facilité d’extraction, avec un prix de baril le plus bas au monde, et grâce à une flexibilité de production qui peut varier sans grands problèmes en fonction du marché.

Toutefois, la disponibilité de ces ressources énergétiques importantes – qui n’implique pas mécaniquement d’approvisionnement en énergie pratiquement garantis – n’empêche pas les pays du Maghreb et du Proche-Orient d’investir dans le nucléaire civil pour diversifier leur parc énergétique et assurer un approvisionnement sûr à long terme. Depuis janvier 2006, plus de treize pays de cet espace régional : le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, l’Égypte, la Jordanie, la Syrie, le Yémen ainsi que les six pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) – qui regroupe l’Arabie saoudite, le Bahreïn, le Koweït, les Émirats arabes unis, le Qatar et Oman – ont annoncé le lancement ou la réactivation de projets destinés à l’étude et au développement de l’énergie nucléaire civile. Quels sont donc les déterminants qui expliquent ce regain d’intérêt pour le nucléaire civil dans cette région ? Est-ce que l’ambition nucléaire de ces pays est légitime ? Quels sont les risques et les avantages liés à l’utilisation pacifique du nucléaire civil ? Ces pays détiennent-ils une rationalité technique et industrielle leur permettant d’investir dans ce domaine en toute sûreté et sécurité ?

ISBN : 978-2-922844-58-0
Avril 2009
En savoir plus