Le trumpisme est une doctrine exportable

couverture_livre

Par Élisabeth Vallet
Le Devoir

Dans un train de banlieue, à Portland en Oregon, un homme blanc crie des insanités islamophobes à deux jeunes filles. Trois hommes se lèvent pour s’interposer. Poignardés, deux d’entre eux mourront. Le lendemain, un homme jette intentionnellement sa voiture sur dix adolescents de la nation Quinault, tuant l’un d’entre eux. Cinq jours plus tard, et pour la deuxième fois en une semaine, un noeud coulant est trouvé dans le Musée national de l’histoire afro-américaine à Washington. Dans le même temps, l’homme qui occupe la Maison-Blanche omet pendant 72 heures de louer la bravoure des samaritains qui se sont interposés dans le train, mais ne cesse de caqueter à propos de sa victoire contre Hillary Clinton. Tout ça, et plus encore, en moins de huit jours.

Le 3 juin 2017
En savoir plus