La sécurité internationale sans l’Occident

couverture_livre

Par Charles-Philippe David / Aurélie Campana
Le Devoir

Le glissement est insidieux depuis la fin du millénaire. On parle de fin de l’Histoire, de retournement du monde, du retour des murs et du territoire, de déclin de l’empire américain. L’ère ouverte par le président Donald Trump semble avoir accéléré ce mouvement, au point de précipiter le choc des plaques tectoniques qui forment le monde et d’en redéfinir l’alignement. Au point où une série d’indicateurs montre que le centre du monde, pour autant qu’il ait déjà existé, opère un glissement inexorable vers l’Eurasie.

Les enjeux de sécurité internationale échappent de plus en plus au contrôle de l’Occident, si bien que l’on peut dorénavant parler de « désoccidentalisation » du monde. L’Occident se retrouvera, dans un avenir proche, bien plus à la remorque qu’au-devant des événements, et ce, pour plusieurs raisons.

Le 28 avril 2018
En savoir plus