Trump, protecteur des migrantes non documentées?

couverture_livre

Par Andréanne Bissonnette
Journal Métro

Ce n’est un secret pour personne: Donald Trump veut un mur à la frontière mexicano-états-unienne. Il le martèle depuis le lancement de sa campagne, en 2015, justifiant alors ce projet par la présence de violeurs, de trafiquants et de criminels en provenance du Mexique. Or, faut-il rappeler qu’un mur scarifie déjà le tiers de la frontière?

Le 6 avril dernier, Trump a réitéré ses propos de 2015 lorsqu’on l’a interrogé sur l’envoi de la Garde nationale en Californie, en Arizona, au Nouveau-Mexique et au Texas. Il a justifié cette décision en disant qu’un nombre sans précédent de migrantes non documentées sont victimes d’agressions sexuelles. Bien que non vérifiée, cette affirmation porte sur une réalité sombre de la migration: les violences à l’encontre des femmes. En 2014, on rapportait que 80% des femmes sont victimes d’une agression lors de leur migration.

Le 16 avril 2018
En savoir plus