L’élection qui a tout changé (ou presque)

Mercredi 30 mai, 18h


Dans les locaux de l'Université du Québec à Montréal (la salle sera communiquée ultérieurement)

Inscription gratuite mais obligatoire

Chicago, Nixon et la présidentielle de 1968

Le 5 novembre 1968, les Américain.e.s se rendent aux urnes pour choisir un nouveau président. Les deux principaux noms sur les bulletins de vote sont « Humphrey » et « Nixon ». Le premier a remporté la nomination démocrate à la convention de Chicago au mois d’août, dans la tumulte et la violence. Le deuxième promet à une certaine « majorité silencieuse » de ramener l’ordre au pays, secoué par les assassinats de Martin Luther King et de Robert Kennedy. Les Américain.e.s ont une troisième option, celle de George Wallace, qui exploite le malaise des électeurs blancs du Sud à propos du mouvement des droits civiques pour s’imposer dans une partie de cette région. Richard Nixon remportera finalement cette élection.

Près de cinquante ans plus tard, en 2016, les Américain.e.s élisent un autre républicain à la présidentielle: Donald Trump. Les contextes sont si similaires qu’on pourrait croire que 1968 c’était hier…

Cette table ronde, animée par Frédérick Gagnon, prendra la forme d'une discussion entre Karine Prémont et Christophe Cloutier-Roy, et nous fera revivre les secousses politiques de 1968 et la victoire de Nixon à travers les échos qui nous parviennent encore aujourd'hui.

Karine Prémont est directrice adjointe de l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand et professeure à l’École de politique appliquée de l’Université du Sherbrooke

Christophe Cloutier-Roy est chercheur en résidence à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand et doctorant en science politique à l’UQAM